En Côte d’Ivoire, Kamtar veut pallier le manque de transporteurs de marchandises

Légende de la photo si nécessaire – Crédit photo.

En Afrique, entre fournisseurs de logistique et de biens, il n’existe aucune solution pour rationaliser les transactions entre eux, selon les co-fondateurs de la start-up ivoirienne Kamtar, qui cherche à combler le vide.

Arthur Thuet, cofondateur de Kamtar, en est convaincu. Le transport de marchandises est un secteur crucial, qui, s’il est bien fait, a un «impact super positif» sur les prix pour le consommateur final, ainsi que sur l’accès aux biens. Cependant, pense Arthur, dans de nombreux pays africains, les entreprises de logistique sont déstructurées, coûteuses et offrent une mauvaise qualité de service, dit-il.

Intertitre pour structurer la lecture

Kamtar a été lancé sur le marché en janvier dernier, offrant une plateforme de réservation de transport de marchandises en ligne destinée aux entreprises et aux particuliers.

  • Les utilisateurs visitent le site Web, entrent dans les détails du travail de transport dont ils ont besoin pour remplir, et la plateforme correspond à un chauffeur de camion inscrit sur le site
  • Une offre de prix est générée, que l’utilisateur peut consulter et accepter de payer à la fin du travail. Un centre d’appel est également disponible pour ceux qui préfèrent ne pas réserver via Internet, ainsi que pour suivre les nouvelles réservations.

Le transport de marchandises est un secteur crucial, qui, s’il est bien fait, a un «impact super positif» sur les prix pour le consommateur final, ainsi que sur l’accès aux biens.

De l’autre côté, le conducteur reçoit toutes les informations sur son application de conduite afin qu’il puisse effectuer le voyage le jour J. Ensuite, à chaque étape du trajet, il utilise l’application pour informer le personnel de la startup et le client sur le processus de livraison. Le client peut également suivre le conducteur sur une carte, ce qui est très pratique dans un pays où les adresses physiques n’existent presque pas.

La startup génère des revenus sur une base de commission, prenant une taxe comprise entre 15 et 30% à la fin du voyage. Le chauffeur prend le paiement pour un voyage, puis transmet les frais à Kamtar en utilisant l’argent mobile.

Depuis son lancement, plus de 500 conducteurs se sont inscrits sur la plateforme, avec des dizaines de clients réguliers.